7bb50de5-0188-47f3-b6c4-a83f7d6e1c93

Un grumeau aux mots crus nageait dans une flaque de lait,

De la farine plein le nez, il hallucinait.

« Je suis une pâte à crêpes bien lisse » hurlait-il, avant de s’enliser au fond d’un saladier.

De petites bulles remontèrent à la surface, micro-prout de farine,

Sa manière à lui, de faire face aux levures assassines qui pullulent.

Il se morfond, collé à l’obscurité du métal,

Prêt à mordre une louche inconsciente de ses bactéries de morfal.

Les vapeurs de fleurs d’oranger attaquent son système graisseux,

Le transportant dans un trip estival à Alger.

Loukoum en smoking, il smoke la chicha comme un pacha.

Se prélassant les lipides en plein cagnard,

Il cogite à son existence livide et sans gloire.

« Je ne suis qu’un morceau de pâte diluée,

Moi qui rêvais d’être une création de Ladurée ».

Les dieux de la pâtisserie lui font payer son anormalité,

Le résignant à faire une demande de reconnaissance de dessert handicapé.

Il se voyait déjà s’étaler sur les plans de travail les plus prestigieux,

Et terminer son existence sur le palais d’un japonais trop curieux.

Les grumeaux du monde entier crieraient son nom,

En réponse au dictat de la divinité Perfection.

Secoué par un tsunami de mixeur plongeant,

Il fut projeté contre un bout de beurre dégoulinant.

« C’est là que ma route s’arrête » pensa-t-il corrosif,

Dans une moule à cake antiadhésif. 

Le labrador gourmand surveille l’hécatombe de sa truffe rugueuse,

Sanctionnant de sa langue  les gouttelettes kamikazes les plus courageuses.

Tétanisées, les gousses de vanille restent figées sur place,

Il neige de fines perles de sucre glace.

L’enfant aux grands yeux verts s'essuie les mains sur son tablier,

Dans 45 minutes il sera 4 heures et l’heure du goûter.